Ce qu’il faut savoir sur le verre trempé

      Commentaires fermés sur Ce qu’il faut savoir sur le verre trempé

Les vitrages peuvent être fabriquer en double ou avec un verre classique. Pour augmenter leur résistance à la flexion, ils peuvent prendre place à un système équipé de couche basique et présentant des propriétés d’émissions ou de gaz acoustique. Le verre trempé est un verre traité en vue d’améliorer ses propriétés mécaniques. Ce processus favorise l’apparition de tensions en profondeur et celle de la compression à la surface du verre. Le fait de tremper le verre augmente ainsi de manière beaucoup plus efficace sa résistance aux chocs, aux écarts de température et a la flexion.

Le verre trempé : les avantages

Dès lors considéré comme un verre de sécurité, le verre trempé peut-être utilisé pour certaines applications comme les parois de douches, les cloisons, le mobilier urbain, les portes et fenêtres… Il existe deux procédés de trempe de verre : la trempe chimique et la trempe thermique. La trempe chimique est obtenue par le passage du verre dans un bain de glace à une température de 400°.

L’ ion de potassium issu d’un sel fondu et mis en contact avec le verre qui va créer des efforts de compression. Similairement les mêmes résultats, mais avec un procédé différent. La trempe thermique est obtenu par passage du verre dans un four au environ de 700°. Ensuite, le verre est brusquement refroidi.

De ce fait, la surface refroidit se fige avant la partie centrale. Ce procédé entraîne l’apparition de tensions en profondeur et celle de la compression à la surface du verre, augmentant ainsi sa résistance aux chocs. Ainsi, en cas de choc, le verre se casse en petits morceaux peu coupants ce qui limite les risques de blessures.

Globalement tous les verres peuvent être trempés. Mais il a lieu de savoir qu’une fois trempé, le verre ne peut subir aucune autre transformation. Le verre trempé peut-être cinq fois plus résistant qu’un verre classique et peut-être monté en double vitrage avec un verre classique.