Assurance habitation : justifier un vol pour indemnisation

      Commentaires fermés sur Assurance habitation : justifier un vol pour indemnisation
Assurance habitation : justifier un vol pour indemnisation

L’assurance vol habitation a pour but d’indemniser l’assuré en cas de vol ou effraction de domicile. Pour cela, il existe des garanties vol dans le contrat d’assurance. Mais afin d’en bénéficier, il est important d’apporte la preuve de vol, un serrurier parisien peut vous donner la preuve .

Comment avoir la preuve de vol ?

L’assurée doit prouver la preuve que le vol a eu lieu pour bénéficier de la garantie vol du contrat d’assurance. Il doit également prouver que l’acte a été commis dans les circonstances prévues dans le contrat d’assurance. Les preuves d’effraction sont faciles à rapporter. Le vandale a pu laisser des traces sur la porte ou la serrure ; vols des objets ; casses et autres. S’il est entré sans effraction, il faudra démontrer qu’il est entré clandestinement ou a fait usage de fausses clés.

Usage de fausses clés

L’usage de clés dupliquées, fausses ou tout autre dispositif d’ouverture employé frauduleusement est un délit d’effraction. Étant donné que le cambrioleur n’a ni dégradé ni forcé la serrure, c’est à l’assuré de prouver l’usage de fausses clés. Cependant, elle est difficile à prouver puisqu’il n’y a aucune trace. Dans ces cas, il existe une présomption précise que le voleur ait fait usage de fausses clés.

Introduction sans effraction

Une introduction sans effraction implique que le voleur n’est pas fait usage de fausses clés ou d’un quelconque outil. Cela sous-entend que le voleur a dû entrer dans une maison pas fermée à clé. Nul besoin que l’assuré soit présenté au moment du forfait. Cet acte est considéré comme une introduction clandestine. C’est aussi le cas, lorsque le voleur se fait passer pour un réparateur de téléphone, un artisan en lui demandant un service ou un objet. Durant ce temps d’inattention, le brigand en a profité pour voler des bijoux, de l’argent ou des pièces précieuses.

Des présomptions comme preuve d’effraction

Lorsqu’on a faire à l’usage de fausses clés et une introduction clandestine, il faut reconstituer les faits afin d’établir la réalité du cambriolage. Par exemple, il ne peut y avoir aucune trace du forfait à l’entrée de la maison. La porte n’a pas été fracturée ou forcée. Mais on peut trouver des traces sur le balcon sur une baie donnant à l’extérieur. Dans ce cas, l’assuré peut bénéficier d’une garantie vol comme stipulée dans le contrat d’assurance.

L’indemnisation

Une fois la preuve du vol accordée, il faut passer à l’indemnisation. Cette dernière se fait sur la base de la valeur de l’objet au moment du forfait. L’assureur tiendra compte de la vétusté et de l’usure du temps. Ne vous attendez pas à recevoir l’indemnisation telle qu’indiquée sur la facture de l’objet. Certaines sociétés d’assurance proposent le rééquipement à neuf sans aucun retranchement de vétusté. Ainsi, les biens disparus sont remplacés par des objets équivalents. Il faudra compter entre 1 et 3 mois selon les assurances pour être remboursé.

Cette indemnisation s’opère sur la base des vidéos, photos et factures des objets, meubles et bijoux volées. Si le bien est retrouvé après l’indemnisation, l’assuré devra restituer l’indemnité versé. Par contre, si le bien est retrouvé avant le dédommagement, l’assuré peut reprendre son bien et ne plus prétendre avoir droit à un remboursement.